Actualité > Solidarité avec Georges Abdallah à Paris le 18 mars 2017

Solidarité avec Georges Abdallah à Paris le 18 mars 2017

Message de l’OCML Voie Prolétarienne adressée au meeting du 18 mars 2017 à Paris pour la libération de Georges Abdallah (voir le compte rendu ici).

 

[...] Depuis plusieurs années, notre organisation est investie dans la lutte pour la libération de notre camarade emprisonné. Nous nous réjouissons que, d’années en années, le mouvement en sa faveur soit de plus en plus fort, réunisse de nouvelles organisations, ou simplement de plus en plus de personnes révoltées par le sort réservé à notre camarade, mais aussi par toutes les injustices qui nous entourent.

 

Le combat pour la libération de Georges se mène en solidarité complète avec le combat pour rendre justice aux victimes des crimes policiers, à Théo Luhaka, à Adama Traoré, à Amine Bentounsi. Georges l’a exprimé sans détour et continuera à le faire ; nous savons qu’il écrit une lettre à Bagui Traoré, le frère d’Adama victime de l’acharnement policier [1].

 

Il se mène également en solidarité avec la lutte contre la dictature patronale, celle qui pousse des militants syndicaux, comme le cheminot Edouard Postal, à mettre fin à leurs jours, alors que le capitalisme français compte sur le vainqueur des prochaines élections présidentielles pour mener une politique de restructuration toujours plus violente.

 

Tout cela nous rappelle à chaque instant pourquoi Georges Abdallah et ses camarades ont choisi de prendre les armes : le système capitaliste n’a rien ni de juste ni de démocratique. Cette "République" n’est que la dictature de la bourgeoisie impérialiste, raciste, sans pitié, et elle le restera quelque soit celui qui sera bientôt élu à sa tête. Pour la cause de Georges comme pour le reste, nous devons avant tout compter sur nos propres forces.

 

Camarades, nous vous souhaitons tout le succès possible, et serons attentifs aux initiatives qui sortiront de cette Assemblée Générale, en espérant pouvoir nous y associer.

 

L’OCML Voie Prolétarienne, le 18 mars 2017


Soutenir par un don