Actualité > Femmes en galère, femmes prolétaires, femmes sans papiers, femmes des (...)

Femmes en galère, femmes prolétaires, femmes sans papiers, femmes des quartiers : Rien ne nous résistera !

Manifestation - Saint-Denis

Nos corps et nos vies sont devenus les champs de bataille d’une vague réactionnaire, nationaliste, et capitaliste, à laquelle nous allons opposer une autre vague, une vague révolutionnaire !

 

Nous nous retrouvons au premier plan de la remise en cause des droits fondamentaux. Aux États unis et en Pologne avec la remise en question du droit à l’avortement, en Russie avec la légitimation des violences conjugales ; mais aussi en France avec le contrôle de nos corps, de notre habillement, touchant en particulier les femmes musulmanes qui ont même été interdites des se baigner en burkini l’été dernier, et la menace de fermeture sur les centres pratiquant l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

 

Violences d’Etat, violences économiques, violences sexuelles, violences domestiques : Nous sommes les premières en tant que femmes et minorités de genre à trinquer. Au quotidien, nous subissons les soupçons lancés lorsque nous prenons la parole pour dénoncer nos agressions. Parfois même au sein des associations militantes, la violence est utilisée pour intimider les femmes et s’opposer à leur prise de responsabilité.

 

Il y a urgence ! Nos droits fondamentaux sont menacés et en danger ! Alors nous crions : Ce sont nos corps, ce sont nos droits, rien ne nous résistera ! Nous crions pour :
- Nos droits à une vie de dignité, avec ou sans papiers !
- Nos droits à toutes de sortir de la précarité, à sortir des boulots aux horaires fragmentés et sous-payés qui mettent nos santés en danger !
- Nos droits à toutes de disposer d’un logement stable et décent !
- Nos droits d’être toutes respectées, quelles que soient nos sexualités !
- Nos droits de ne pas être touchée, sifflée, frappée, mais d’être respectée dans l’espace public comme dans l’espace privé ! Contre les violences, contre le viol : brisons le silence !

 

Dans ce contexte, certaines préfèrent croire dans les institutions et les politiques. Nous disons que ce sont ces politiques :
- Qui protègent une police qui violente et tue nos frères et nos pères dans les quartiers et qui harcèle et détruit les sœurs et les mères que nous sommes…Pour cela nous crions justice pour Théo, Adama et toutes les victimes de la police, stop au harcèlement de la famille Kraiker !
- Qui divisent les femmes entre elles, en stigmatisant certaines d’entre nous, voilées et/ou racisées…
- Qui œuvrent à une plus grande précarité (loi travail) et à l’exploitation des femmes les plus précaires comme les sans-papiers…
- Qui se défendent d’un féminisme, soi-disant universel et qui est en fait raciste, islamophobe et bourgeois…

 

Nous ne sauverons pas nos peaux toutes seules, dans des stratégies individuelles ! Pour nous il est urgent de s’unir dans la riposte et dans la lutte collective ! Ensemble, dans la lutte, solidaires des plus précaires et des plus discriminées d’entre nous, rien ne nous résistera ! Nous formerons une vague révolutionnaire contre les oppressions sexistes, homophobes, et raciales !

 

Femmes des quartiers populaires, femmes prolétaires : Face aux galères, toutes solidaires !
Rendez-vous à Saint-Denis Basilique le 11 Mars dès 15h

 

A l’appel de : Femmes En Lutte 93, Groupe Femmes de la Coordination 93 de lutte pour les sans papiers, Lallab, Alerta Feminista, Collectif Féministes Révolutionnaires, Solidarité Femmes Kobanê, Pride de Nuit, Comité de vigilance contre les violences policières à Pantin, OCML Voie Prolétarienne, KÂLÎ, NRJKIR Paris 8, FUIQP 93

 

JPEG - 116.8 ko

Soutenir par un don