Militer > Le changement contre la Révolution !

Le changement contre la Révolution !

Si on doit trouver un aspect positif dans la période actuelle, c’est la question de la société qu’on veut qui est posée comme à chaque échéance électorale : on parle politique, ça alimente les discutions entre nous ! Plus précisément sur ce qu’on ne veut plus, ce qu’on rejette de la société actuelle.
C’est la barbarie dans le monde, en Afghanistan, Irak, Libye, Syrie… les régimes réactionnaires font la guerre aux peuples, les interventions impérialistes sèment toujours plus le chaos et c’est l’exil pour des millions d’êtres humains.
Mais c’est aussi la guerre de classe contre les travailleurs… toujours plus de précarité, de chômage et de misère, c’est la jeunesse des quartiers populaires sacrifiée, c’est les violences policières.

 

De tout ça, on n’en peut plus ! De tout ça, on n’en veut plus !

 

Mettre fin à la barbarie, à la violence du système, oui ! Mais comment ? Les politiques bourgeois nous promettent tous le changement, mais de quel changement parlent-ils ?
Au niveau économique, tous proposent un programme de gestion capitaliste sur fond de crise et de guerre économique mondialisée, avec des versions étatiques chez Mélenchon ou Hamon et des versions libérales chez les autres, jusqu’en mode combat chez Fillon et Le Pen qui nous promettent la guerre intérieure.
Mais tous nous promettent la guerre extérieure : c’est l’augmentation des dépenses militaire, un 2ème porte-avion, c’est la Francafrique, les ventes d’armes et les accords commerciaux, les interventions militaires.

 

Leur changement, c’est ça ! C’est s’adapter aux nouvelles contraintes économiques, c’est maintenir le rang de la France face aux autres puissances impérialistes.
Surtout ils nous font croire au changement, et pour ça ils avancent des mots d’ordre démagogiques. Le revenu universel de Hamon ? La planification écologique de Mélenchon ? Ce sont des concepts séduisants mais auxquels on ne peut pas croire.
Ils se font passer pour des hommes providentiels en présentant les attaques que nous avons subies sous Hollande et à la suite de Sarkozy comme des choix politiques, que d’autre choix étaient alors et sont encore aujourd’hui possibles alors que ces attaques traduisent les besoins du capital qui s’imposent à tout gouvernement respectueux de l’économie capitaliste. Une fois au pouvoir, c’est bien le programme de la bourgeoisie qu’ils appliqueront contre nous. Leurs propositions, c’est juste un vernis, un écran de fumée destiné à nous faire croire au changement en s’appuyant sur des aspirations anticapitalistes floues, certainement pas pour abattre le système mais pour le renouveler et en assurer sa perpétuation.

 

Sans révolution, pas de changement !

 

Pour un monde de paix, de coopération et d’entraide. Pour travailler tous, moins et autrement. Pour décider collectivement ce qu’on produit, comment on le produit et pour répondre à quel besoin. Pour prendre en charge tous les tâches de la société, la diriger dans le sens des intérêts ouvriers et prolétaires. Pour tout ça, c’est une révolution qu’il nous faut.
Ça commence aujourd’hui par se regrouper et s’organiser comme l’on fait les femmes prolétaires en 1917 contre la guerre, la famine et la misère.

 

PDF - 524.8 ko
Bulletin Partisan de mars 2017

Soutenir par un don