Militer > Hamon, Valls, Montebourg, Macron etc, le bilan des cinq ans de (...)

Hamon, Valls, Montebourg, Macron etc, le bilan des cinq ans de Hollande

Il faut faire les bilans. Rafraîchir la mémoire parce qu’elle est courte, au gré du zapping des réseaux sociaux et des médias. Alors dressons leur bilan, ces cinq ans où ils ont été aux affaires :

 


- Le chômage massif est toujours là, la précarité et le temps partiel, le travail de nuit, la flexibilité qui n’a fait que s’aggraver. Ils ont gentiment enterré les compensations déjà pas reluisantes de la pénibilité, et n’ont eu que des larmes de crocodiles pour les travailleurs détachés et l’exploitation féroce qu’ils subissent. Pas un seul « grand candidat » pour nous parler des ouvriers, de l’exploitation, de l’oppression des travailleurs… Hollande et son gouvernement ont validé les fermetures de Florange, de Goodyear, de PSA Aulnay, de centaines d’entreprises grandes ou petites…
- Le gouvernement Hollande/Valls/Macron, c’est le gouvernement du MEDEF et des exploiteurs. Dans le domaine de l’économie, pas une année sans loi à leur service. Crédit Impot compétitivité en 2013, Pacte de Responsabilité en 2014, lois Macron en 2015, loi Rebsamen en 2015, bien sûr la loi Travail El Khomri en 2016 (Code du Travail, inversion des normes, précarité, flexibilité…). Le PS a donné sa marque et tous les gouvernements qui vont venir vont suivre cette voie, pour adapter l’économie à la guerre économique mondialisée, pour soumettre toujours plus les travailleurs à leur loi.
- Une des marques du gouvernement Hollande/Macron/Hamon/Valls, c’est la restructuration de l’appareil d’Etat. Après les restructurations des grands groupes industriels (la sidérurgie, l’automobile, les télécoms…), le capitalisme s’est attaqué, avec la bénédiction des socialistes, à la restructuration de ce qu’on appelle les services publics. Les communes sont étranglées par la réduction des subventions, les services publics disparaissent (Pôle Emploi, la Poste, les impôts…), l’éducation est sacrifiée en particulier dans les quartiers populaires, la santé est dans une situation explosive avec des personnels qui n’en peuvent plus et des services supprimés partout (maternités, urgences, Planning Familial) et totalement saturés quand ils subsistent.
- Concernant les Sans-papiers, Valls a posé sa marque avec sa circulaire de décembre 2012 qui ne fait que prolonger les mesures féroces du gouvernement Sarkozy (les critères pour les régularisations, le cas par cas, le pouvoir absolu des préfets). Rien n’a changé vraiment pour nos camarades, le travail clandestin, la peur permanente de l’expulsion, l’impossibilité de se loger…
- L’accueil des migrants – une honte. Le gouvernement PS a fermé la jungle de Calais, mais a refusé un véritable accueil des migrants chassés par la guerre et la misère. Pire même, il laisse les vrais démocrates être condamnés comme dans les Alpes maritimes…
- Car le gouvernement, c’est celui de l’impérialisme français. Celui des interventions au Tchad, en RCA, en Syrie, celui des ventes d’armes (Rafale, Mistral…) celui des forces spéciales qui contrôlent la mine d’uranium d’Arlit au Niger pour le plus grand bénéfice d’AREVA et du nucléaire tricolore !
- Dans le domaine de l’écologie, on a vu le bilan : la centrale nucléaire de Fessenheim n’est toujours pas fermée, le projet fou de l’EPR de EdF continue, le chantier Notre-Dame des Landes se poursuit (au moins théoriquement) et Rémi Fraisse a été tué sur le barrage de Sivens. Pas étonnant si les écolos sont méfiants, on le serait à moins !
- Le gouvernement Hollande/Valls/etc. c’est aussi le gouvernement de la matraque et du flash-ball. Le meurtre de Adama et le viol de Théo, les répressions quotidiennes dans les quartiers, c’est la même répression que les éborgnés des manifestations, que contre les travailleurs et les jeunes révoltés pendant la loi Travail, des centaines de procès et de condamnations, la même violence que contre les écologistes radicaux ou les opposants aux traités internationaux. Le PS, c’est la continuité de Sarkozy, et avant lui de Pasqua… Il faut réduire au silence tous les empêcheurs d’exploiter en rond, tous les perturbateurs de l’ordre capitaliste !
- Enfin, le PS c’est le parti des magouilles et des factions qui ne cessent de se déchirer entre eux… Qui se rappelle que c’est Hamon et Montebourg qui ont magouillé pour imposer Valls comme premier ministre en 2014 ??? La belle blague !

 

Voilà le vrai bilan…
Alors bien sûr, on va nous dire qu’il y a eu le Mariage pour Tous, imposé par la mobilisation d’ailleurs – la PMA n’est toujours pas légalisée. Mais le gouvernement a laissé la réaction s’organiser et le bilan, c’est que même là ils ont déçu. Il y a aussi des pratiques culturelles dans les municipalités un peu plus ouvertes que dans les municipalités de droite ou du FN. C’est sûr.
Mais c’est un peu le vernis qui cache la vraie nature de la social-démocratie : dans une période de crise d’un pays impérialiste, il faut mettre au gouvernement les faux amis, les ennemis qui se cachent (de moins en moins bien…) pour tenter de désamorcer la révolte populaire et au final pour faire passer les pilules les plus amères.
Hollande, il a été élu sur le rejet de Sarkozy. Mais ce n’était qu’un vendeur de rêves : au final et dans les faits, c’est un des gouvernements les plus réactionnaires que nous ayons connu. Aujourd’hui on nous promet à nouveau une société « humaine » et sans risques, qu’il s’agisse de Macron, de Hamon ou même de Mélenchon. Ah, ils savent s’appuyer sur nos espoirs, les illusions, nous promettre le « changement ». Mais ils ne font que nous éloigner du chemin révolutionnaire…

 

En ce sens, la Gauche, c’est bien comme la Droite, la gestion du capitalisme en crise dans la guerre économique mondialisée. Avec des nuances, selon les factions. Valls, ce n’est pas Fillon, mais ce n’est pas Hamon, qui n’est pas Macron etc. Ils se distinguent plus ou moins sur tel ou tel domaine, mais au fond, ils partagent la même conception : ils sont là comme les bons bourgeois qu’ils sont, pour gérer l’exploitation capitaliste, dans les entreprises, les administrations et au gouvernement. Ce qui les distingue, c’est seulement un vernis de surface… Ce qui les réunit, c’est le capitalisme, l’opposition résolue au changement révolutionnaire !

 

PDF - 524.8 ko
Bulletin Partisan de mars 2017

Soutenir par un don