Actualité > Justice pour Antoine et François, le 2 février à Douai

Justice pour Antoine et François, le 2 février à Douai

Antoine militant de la CGT et libertaire de Valenciennes, est un-e des nombreux-ses opposant- es à la loi Travail à avoir fait les frais de la répression aux ordres du gouvernement et du patronat au printemps 2016.

 

Alors qu’il se rendait à une manifestation syndicale le 17 mai 2016 à Lille et qu’il tenait le drapeau de son union locale CGT Valenciennes, il a été violemment plaqué au sol par 3 policiers et mis en état d’arrestation. Pour avoir participé à cette manifestation, il a passé 3 semaines en détention préventive et a été condamné à 10 mois de prison avec sursis et 2 ans d’interdiction de manifestation dans le département du Nord.

 

La mobilisation locale, nationale et internationale autour de son affaire a permis d’éviter une peine plus lourde à l’instar de celles qui ont frappé des centaines d’opposant-e-s dont plusieurs sont toujours en détention dans un contexte marqué par l’état d’urgence. Plusieurs témoignages et articles de presse ont alors démontré que l’accusation était montée de toutes pièces et que le gouvernement plus minoritaire que jamais dans l’opinion ne pouvait s’imposer que par la répression et l’intimidation afin d’empêcher le développement de la mobilisation.

 

Lors de l’audience les avocats d’Antoine ont également pointé les contradictions et les incohérences de l’accusation, ainsi que les irrégularités dans la procédure. Cette affaire est donc bien politique. François, présent à la même manifestation, a aussi payé le prix de cet acharnement gouvernemental, policier et judiciaire. Il a été condamné à 6 mois de prison avec sursis et 2 ans d’interdiction de manifestation dans le Nord. Antoine ayant décidé de faire appel de sa condamnation, l’affaire sera rejugée, jeudi 2 février 2017 devant la cour d’appel de Douai.

 

Aussi il est important que d’ici là et plus particulièrement ce jour-là la solidarité s’exprime en faveur d’Antoine et de François, afin que ce procès ne soit pas celui de deux opposants poursuivis pour leurs convictions, mais bien celui des responsables de la casse du code du Travail et de cette stratégie de la tension qu’ils ont voulu pour masquer le désaveu massif dont ils font toujours l’objet de la part de l’immense majorité des travailleuses et travailleurs.

 

Nous appelons donc à un rassemblement de soutien à Antoine et à François
Jeudi 2 février à 13h00
Devant la cour d’appel de Douai

 

Appellent au rassemblement de soutien :
Syndicats
CGT Hôpital de Wattrelos, Union départementale CGT 59, Union locale CGT Douai, Union locale CGT Valenciennes, Union syndicale Solidaires, Solidaires 59, Sud Santé 59, Fédération Sud-Education
Associations
Association franco-chilienne Cordillera (Villeneuve-d’Ascq), Droits devant !!, Ligue des droits de l’homme, Mouvement populaire pour la santé 59
Organisations politiques
Alternative libertaire, Alternative libertaire Douai-Valenciennes, Coordination des groupes anarchistes, Lutte ouvrière, Nouveau Parti anticapitaliste, OCML Voie Prolétarienne
Signatures individuelles :
Jean-Claude Amara (porte-parole de Droits Devant !!), Ludivine Bantigny (historienne), Olivier Besancenot (porte-parole du NPA), Eric Beynel, porte-parole de l’Union syndicale Solidaires, Marco Candore (comédien), Eric Coquerel (coordinateur du Parti de gauche, conseiller régional Ile-de-France), Philippe Corcuff (maître de conférence en sciences politiques à l’IEP de Lyon), Annick Coupé (syndicaliste, ancienne porte-parole nationale de Solidaires), Vincent Delrue (Solidaires Finances publiques 59), Philippe Enclos (membre du secrétariat national du Snesup-FSU), Laurent Esquerre (Alternative libertaire), Cécile Gondard-Lalanne (porte-parole de l’Union syndicale Solidaires), Pierre Khalfa (coprésident de la Fondation Copernic), Alain Krivine (NPA), Isabelle Krzywkowski (Snesup-FSU Grenoble), Stéphane Lavignotte (pasteur), Olivier Lecour Grandmaison (universitaire), Jean-Yves Lesage (site communistes libertaires de la CGT), Michael Lowy (sociologue et philosophe), Myriam Martin (coporte-parole d’Ensemble), Annie Masse (membre du bureau de Solidaires Nord), Marie-Josée Pépin (militante féministe), Christine Poupin (porte-parole du NPA), Anne Querrien (sociologue et urbaniste), Théo Roumier (réseau de syndicalistes « On bloque tout ! »), Pierre Rousset (Europe solidaire sans frontières), Edith Soboul (secrétariat fédéral d’Alternative libertaire), Bernard Thibault (syndicaliste, ancien secrétaire général de la CGT), Serge Utge-Royo (chanteur), Patrick Vassort (maître de conférence université Caen Normandie, directeur de publication de la revue Illusio), Christiane Vollaire (philosophe)

Soutenir par un don