Militer > La guerre économique, non merci !

La guerre économique, non merci !

La Droite a déjà désigné son candidat, l’utra-libéral et ultra-réac Fillon. Bientôt, ce sera le PS. Sur les rangs, 3 candidats aussi peu enthousiasmants les uns que les autres ; outre Valls (qu’on ne prend pas la peine d’introduire), Montebourg qui tente son retour avec un mélange de protectionnisme et d’égocentrisme, ou Benoit Hamon, de la pseudo-gauche frondeuse du PS, qui n’a, ne l’oublions pas, soutenu malgré tout les gouvernements Hollande jusqu’au bout... Rien d’intéressant de ce côté là pour les prolétaires.
Ce dont débattent en fait les candidats à l’élection présidentielle, c’est des solutions pour renforcer le capitalisme et l’impérialisme français dans la guerre économique internationale que les capitalistes se livrent entre eux. Ils veulent nous faire croire que les ouvriers, les prolétaires de France ont intérêt à soutenir leurs patrons et leur gouvernement dans cette guerre. Mais plus cette guerre entre capitalistes sera féroce, plus les capitalistes mèneront contre nous une autre guerre pour durcir notre exploitation. Le Capitalisme sans Plan social, ça n’existe pas.

 

On le voit dans la Santé. Déjà, avec l’épidémie de grippe, le gouvernement ne peut masquer la situation terrible dans laquelle il a plongé les hôpitaux. Pour l’État, notre santé est un poids, car il nous considère avant tout comme de la main d’œuvre dont il faudrait réduire le coût. La grève des travailleuses et travailleurs de la Santé à la Clinique de l’Ormeau à Tarbes est admirable. Ils ont tout notre soutien ! Leur lutte est aussi la notre, notre santé, nous la payons à la sueur de notre front.
Avec les « Accords de compétitivité » signés entre le patronat et les syndicats à Renault et PSA (Peugeot-Citroën), on fait croire aux ouvriers qu’il faudrait accepter de se serrer la ceinture quelques temps, puis que tout ira mieux grâce à ça ; mais entre temps, quelle dose de pénibilité, de stress, de fatigue, de vie familiale dégradée en plus pour de vagues promesses ? Le Capitalisme est nécessairement un système économique en crise, qui pousse à un concurrence toujours plus dure, à la ruine inévitable des uns pour que les autres survivent un peu plus longtemps.
Ces dernières semaines nous avons été scandalisés par l’iniquité de la justice de classe : pendant que l’agriculteur Cédric Herrou était condamné à de la prison avec sursis pour ses sentiments fraternels vis-à-vis des migrants, que les ouvriers de Goodyear l’étaient à de la prison ferme pour avoir défendu leur emploi, Christine Lagarde, elle, est dispensée de peine pour avoir offert 400 millions d’euros à Bernard Tapie, escroc de service de la Ve République pourrissante. C’est donc cela la Justice ?

 

Toujours plus d’exploitation, toujours plus de répression. Les deux vont ensemble, l’une se sert de l’autre. Face au souffle réactionnaire qui oriente la politique bourgeoisie, construisons notre camps social ; soutenons les travailleurs en lutte dans la santé, l’automobile, et ailleurs ; manifestons notre soutien aux travailleurs sans-papiers, aux migrants. Dans la guerre économique que nos exploiteurs se mènent entre eux, défendons nos intérêts de classe, qui sont incompatibles avec les intérêts de nos patrons.

 

PDF - 336.8 ko
Bulletin Partisan de février 2017

Soutenir par un don